FDP pour l'introduction de la nouvelle carte santé



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

FDP pour l'introduction de la carte de santé électronique: Le ministre fédéral de la Santé Philipp Rösler (FDP) fait campagne pour l'introduction d'une carte de santé électronique, malgré le rejet initial par son parti. Il menace les compagnies d'assurance maladie de sanctions substantielles si elles ne déménagent pas.

(2010-11-09) Après que les plans pour l'introduction de la carte de santé électronique (eGK) n'aient guère progressé en raison du rejet par le FDP, une révision a maintenant commencé parmi les libéraux et le ministre fédéral de la Santé Philipp Rösler fait campagne pour l'introduction rapide de l'eGK. Selon sa volonté, au moins 10 pour cent des assurés devraient recevoir une eGK correspondante de leur caisse maladie d'ici 2011, faute de quoi ils s'exposeront à des sanctions draconiennes.

Une coalition gouvernementale envisage d'introduire la carte de santé électronique En fait, l'introduction des cartes de santé électroniques décidée par la ministre fédérale de la Santé Ulla Schmidt devrait être mise en œuvre à compter du 1er janvier 2006. Mais non seulement il y avait eu une résistance considérable de la part des compagnies d'assurance et des médecins, mais le FDP s'était toujours opposé à l'introduction au niveau politique. Les raisons de coût et de protection des données ont été les principaux arguments en faveur du rejet des libéraux. Et si le rejet est toujours ancré dans le dernier programme électoral du Bundestag du FDP, une refonte a évidemment commencé dans les rangs de la faction du Bundestag.

Le FDP, la CDU et la CSU n'ont apparemment pas peur d'imposer l'introduction de l'eGK par des mesures coercitives. Un amendement à la coalition noir et jaune sur la réforme des soins de santé oblige les compagnies d'assurance maladie à émettre l'eGK à au moins dix pour cent des assurés d'ici la fin de 2011. Si les compagnies d'assurance maladie ne remplissent pas ces conditions, elles devront payer une pénalité de 2% de leurs frais administratifs, ce qui se traduirait par des amendes de plusieurs centaines de millions (selon les estimations d'experts, un maximum de 178 millions d'euros) et entraînerait inévitablement une réduction significative des effectifs des caisses maladie.

Jusqu'à présent, aucun lecteur pour l'eGK n'était disponible. «L'auto-administration de l'assurance maladie nous retient depuis des années avec des engagements qu'elle ne tiendra pas. On ne peut plus se faire duper », déclare Jens Spahn, expert santé de la CDU, justifiant l'amendement proposé. L'association centrale des assureurs-maladie statutaires a quant à elle critiqué la procédure envisagée. «Désormais, les assureurs maladie devraient être contraints de délivrer la carte santé électronique l'année prochaine, même s'il n'y a toujours pas d'appareils de lecture pour celle-ci dans de nombreux cabinets médicaux. En pratique, cela signifierait pour des millions d'assurés qu'ils devraient se promener avec deux cartes d'assurance maladie en même temps. "D'abord les lecteurs et ensuite les cartes - ce serait le bon ordre", a souligné Doris Pfeiffer, présidente du conseil d'administration du Kassenverband au "Hamburger Abendblatt". Les compagnies d'assurance maladie se réfèrent également à une proposition du FDP Bundestag de 2008 dans laquelle les libéraux étaient encore demande que la carte santé ne soit pas introduite à la hâte, mais qu'elle soit soigneusement préparée. Cette attitude semble maintenant avoir changé et le ministre fédéral de la Santé fait pression sur le gaz.

La carte à puce doit stocker des informations supplémentaires sur le patient Contrairement à la carte d'assurance maladie précédente, qui fonctionne comme une carte à puce mémoire, l'eGK en tant que carte à puce de processeur doit stocker des informations supplémentaires sur le patient et les mettre à la disposition du médecin ou du personnel médical à tout moment. Non seulement les compagnies d'assurance maladie, mais aussi l'Association médicale allemande, en tant que représentant de la profession médicale, ont toujours rejeté l'introduction de l'eGK dans sa forme actuelle et ont exigé des solutions qui offrent une plus grande sécurité des données et fournissent des déclarations claires sur l'accessibilité du nouveau système. Le 111e jour des médecins, les médecins ont demandé l'arrêt des tests précédents pour discuter des alternatives.

Le gouvernement fédéral noir et jaune va maintenant dans une direction complètement différente avec ses plans actuels. Au lieu de repenser le modèle, ils veulent le mettre en œuvre rapidement et menacer les compagnies d'assurance maladie de sanctions substantielles si elles ne suivent pas. L'approche actuelle du gouvernement fédéral rappelle la résistance aux avis que les politiciens voient actuellement à l'égard des représentants de la communauté professionnelle. Le processus de décision sans implication suffisante des personnes concernées (voir Stuttgart 21 et prolongation de la durée de vie des centrales nucléaires) éveille également des souvenirs désagréables. Le célèbre économiste de la santé et conseiller de l'ex-ministre fédéral de la Santé Ulla Schmidt (SPD), le professeur Jürgen Wasem, a expliqué que l'eGK a été décidé "principalement pour des raisons politiques" et "économiquement (...) sera une affaire négative qui sera finalement assurée. Nombres". (fp)

Lisez aussi:
Santé: la DGB demande un soulagement pour les assurés
Avertissement sur la carte de santé électronique
Chaos attendu avec une nouvelle carte Santé

Crédit photo: Siegfried Fries / pixelio.de

Informations sur l'auteur et la source



Vidéo: LA 6ÈME EXTINCTION DE MASSE EN CARTES


Article Précédent

La graisse engendre une progéniture diabétique?

Article Suivant

Évanouissements héréditaires